Il multiplie les ressources de celui qui est à bout

Nous, nous faisons une distinction entre le naturel et le surnaturel. Ce sont les deux domaines dans lesquels nous vivons. Mais Dieu n’a qu’un seul domaine, le naturel. Tout est naturel pour Lui. B. Johnson

Oui, tout est naturel pour Lui ! Et lorsqu’il dit dans le prophète Esaïe 40:29 et 31 qu’Il donne de la force à celui qui est fatigué et multiplie les ressources de celui qui est à bout… ceux qui comptent sur l’Éternel renouvellent leur force.

Vous êtes…. Son témoin !

Mais vous recevrez une puissance lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous, et vous serez mes témoins… Actes 1,8

Alors que je lis ce verset… un chant écrit et interprété par Lauren Daigle me revient à l’esprit. Ce chant magnifique parle de nos doutes, des mensonges qui souvent nous assaillent, mais se termine par un cri du cœur : « Je crois,

Es-tu sage ?

En Christ sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance ! Colossiens 2,3

J’ai regardé ce verset dans plusieurs traductions et il est toujours écrit de la même manière. Je pense que cela nous montre que tous les mots sont importants et que l’on ne peut pas trouver traduction plus claire.

Faire une pause de « mauvaise nouvelles »

Et si nous faisions une pause de mauvaises nouvelles…

Il nous arrive tous de traverser une tempête au moins une fois dans nos vies… ce n’est pas de cela dont je désire te parler !

Lorsque j’ai fait mes études d’infirmière, j’ai été surprise d’apprendre que l’affinité du CO (monoxyde de carbone ou gaz d’échappement de voiture) pour l’hémoglobine est entre 210 à 260 fois plus forte que celle de l’oxygène.

Un paralysé porté par quatre hommes

Un homme paralysé est amené à Jésus. Une histoire peut-être bien connue de nous tous ! Une histoire en rapport avec le monde de la santé, car il est parlé d’un homme atteint de paralysie. Depuis combien de temps, on ne sait pas… un accident ? Une tumeur ? Une maladie dégénérative ? Tant de choses peuvent traverser notre esprit en tant que professionnel de santé.

J’étais une belle chenille…

J’étais une belle chenille. Le croiriez-vous ? J’étais d’une belle couleur verte avec de petites taches orange, un orange que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans la nature, même pas sur une autre chenille. Je me déplaçais avec grâce d’une feuille à l’autre, d’un arbre à l’autre. Je mangeais et je mangeais, je voyageais et me déplaçais sans souci.