J’étais une belle chenille…

J’étais une belle chenille. Le croiriez-vous ? J’étais d’une belle couleur verte avec de petites taches orange, un orange que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans la nature, même pas sur une autre chenille. Je me déplaçais avec grâce d’une feuille à l’autre, d’un arbre à l’autre. Je mangeais et je mangeais, je voyageais et me déplaçais sans souci. J’étais libre ! J’étais très occupée du matin tôt à tard le soir. Je n’étais pas vraiment consciente de ce qui se passait autour de moi. Mes arbres, mes feuilles, c’était tout ce qui importait pour moi.

Puis vint le jour du confinement. On m’a empêchée d’aller sur mes arbres, de voyager où je voulais. On m’a également empêchée de montrer mes beaux atours. On m’a enlevé mes couleurs et on m’a enfermée dans une boîte.

– Au secours, ai-je crié, je tombe en lambeaux ! À l’aide ! Mon Dieu, viens à mon secours ! Je suis coincée ici et je m’effondre. Entends ma voix. Garde-moi de perdre pied !

Mais Dieu est resté silencieux.

– Pourquoi ne me réponds-tu pas ? Dieu, écoute-moi, je ferai ce que tu veux. Laisse-moi juste continuer à être une belle chenille !

J’ai continué à crier, mais seul le silence m’a répondu. Et puis j’ai entendu Sa voix.

Que puis-je faire pour toi, petit vermisseau ?

– Non, Dieu. Je ne suis pas un ver. Je suis une belle chenille ! Et si tu me vois alors, sors-moi de ce confinement et remets-moi sur mon arbre.

– Non, tu es ici pour une raison précise et tu vas devoir y rester pour un petit moment encore…

– Mais Dieu, tu ne comprends pas ! Je suis en train de mourir !

– Non, tu es en train de grandir, de te débarrasser des choses qui t’empêchent de devenir celle que j’ai créée ! Détends-toi et laisse ces choses se détacher de toi. Lâche prise, elles ne sont plus adaptées à toi.

– Mais si je les laisse tomber, que restera-t-il de moi ? J’ai peur de ce changement.

– Ne comprends-tu pas ? Tu es en devenir…

– En devenir de quoi ? Pour devenir qui ?

– Devenir celle que j’ai créée. Oui, devenir qui tu es en réalité.  Je t’aime. Détends-toi dans ton confinement et deviens…

– Alors, je ne suis pas en train de mourir ? Je ne suis pas en train de me dissoudre et de disparaître ?

– Bien sûr que si, mais mon but est que tu deviennes… un magnifique papillon. Écoute. Entends-tu le craquement du confinement alors qu’il commence à se relâcher ? C’est comme l’aube d’un jour nouveau. Ouvre tes ailes.

– Des ailes ? J’ai des ailes ?

– Oui, déploie tes ailes et vole ! Je t’envoie vers de nouveaux horizons, vers de nouvelles dimensions, vers un nouveau mode de vie. Tu apporteras la vie de fleur en fleur et tu feras partie d’une nouvelle génération de papillons pour la gloire de Mon Royaume !

Cher ami·e,

Peu importe l’étape de vie dans laquelle tu te trouves… tu es destiné·e, par ton Créateur, à devenir un magnifique papillon pour la gloire de Son Royaume. Peu importe ton vécu, ta vie passée, nous bénissons ce que Dieu a déposé sur ta vie afin que cela puisse grandir, se développer pour la gloire de ton Roi. Oui, nous te bénissons afin que, alors que tu évolues dans notre système de santé, tu puisses développer « les ailes de la foi » afin de voir ton Roi à l’œuvre en toi et autour de toi.

Laisser un commentaire